L’esprit quality-buches

Qui sommes-nous ?

Depuis 2003, Quality-Bûches livre aux particuliers en Île-de-France, le meilleur du bois de chauffage. Nous sommes à l’origine de l’offre de bûches sur palettes, et de leur livraison motorisée. N’existait jusqu’alors que la livraison « en vrac ».

Nous avons pris le parti d’offrir une qualité maximale, de bout en bout, à savoir:

  • Le choix des essences et le taux d’humidité… c’est un minimum.

Du bois sec

  • L’optimisation du stérage, c’est-à-dire la quantité réelle de bois contenue dans un stère, par un bois plus rectiligne, refendu en quartiers, qui s’empile plus densément qu’un bois tordu, bosselé, voire croisé.

  • la palettisation, largement reprise depuis, qui permet au bois de sécher après le façonnage, puis d’être livré rapidement et sans contrainte, avec un matériel adapté, mis au point à notre initiative, et lui aussi désormais grandement répandu.

Comme souvent, la qualité, et non le prix, est source d’économie.

Disponible toute l’année

Pour se chauffer ou se véhiculer, le consommateur d’hydrocarbure  recherche souvent le plus bas prix, ne percevant pas les différences techniques pouvant exister d’un fournisseur à l’autre. En matière de bois de chauffage, les différences sont évidentes, et l’offre peut recouvrer des réalités très diverses.

Un spécialiste sait au premier coup d’œil ce qu’il peut attendre d’un tas de bois, alors que l’utilisateur ne peut que faire confiance à son fournisseur. Or, le bois est un produit agricole, donc non reproductible d’une année sur l’autre, comme l’est un produit industriel. Quality-Bûches concentre donc ses efforts sur l’ensemble des facteurs qui conduisent à la meilleure qualité énergétique possible, sans chercher à s’aligner sur un marché disparate.

L’esprit Quality-Bûches

Quality-Bûches s’adresse à une clientèle exigeante, sensible à une démarche qualitative. Nous limitons autant que possible la démarche publicitaire, et ne pratiquons pas les réseaux dits « sociaux ».

Nous remercions vivement tous nos clients, qui nous accompagnent et nous soutiennent depuis 15 années déjà, par leur fidélité, leur accueil souvent chaleureux, et leur recommandation de nos services auprès de leur entourage.

Comme un arbre dans la ville, Quality-Bûches entend se fortifier paisiblement et faire partie du paysage aussi longtemps que vous le déciderez.

Rien de plus naturel: le vent, la pluie, le soleil

Quel est le prix de la qualité ?

Il n’y a pas vraiment de prix de marché en bois de chauffage.
On peut trouver des stères à 35 euros au bout d’un hameau, comme à plus de 200 euros en centre-ville.
Mais le stère peut représenter des réalités bien différentes, au-delà de sa définition légale ou arithmétique. Cela mérite une explication détaillée.

Au regard des prix moyens pratiqués en région parisienne, Quality-Bûches peut se situer parfois au delà… au premier regard. Cela pourrait suffire à faire fuir bon nombre de lecteurs.

Si vous êtes encore là, approfondissons un peu !

  • Le stère est un volume apparent, mesuré sur son pourtour. Mais ce volume n’est pas occupé que par du bois: il y a souvent beaucoup de vide lorsque le bois est de section ronde, ou qu’il est tordu sur sa longueur ou encore coupé en biseau. Alors, il foisonne car il s’empile mal. Encore mieux si les bûches sont croisées. Belle trouvaille ! Voilà pour le volume.

  • Parlons à présent des essences: On vous propose souvent du mélange. Sans qu’on sache vraiment pourquoi, le mélange de certaines essences favorise effectivement la flambée. Mais pas n’importe lesquelles. L’idée de mélange ne doit pas être l’occasion d’intégrer des essences fantaisistes. Les tarifs de Quality-Bûches permettent d’offrir 100% de bois dur, dont les 3 fameux charme/chêne/hêtre, que vous pouvez apprendre à reconnaître sur les images ci-contre.

  • Le taux d’humidité. Si nous palettisons nos bûches, c’est surtout pour résoudre la problématique du séchage. Le bois en vrac ne sèche pas, alors que rangé en palettes et soumis aux éléments, il peut être prêt à l’emploi en moins d’un an sous certaines conditions.

    Un stèrage optimisé

En se concentrant sur ces trois facteurs clés:

  • Volume réel de bois au stère,

  • Exigence quant aux essences,

  • Qualité du séchage,

nous parvenons à proposer un stère qui contient 30% de bois en plus, produit globalement deux fois plus de chaleur, et apporte un confort d’utilisation qui surprend toujours. Donc, si au final, le rendement est le critère principal, nous sommes beaucoup moins cher que la moyenne.

Vous avez bien fait de lire jusqu’au bout.

De quel bois je me chauffe !

Se préoccuper de la qualité d’un produit que l’on destine aux flammes, cela peut surprendre. Acheter de la qualité, pour ensuite la jeter au feu, c’est dérangeant.

Entre un tas de bois qu’on tente d’oublier au fond du jardin, tant il brûle mal, et celui, propre, bien rangé, prometteur de moments irremplaçables, il y a un monde. Certes, le bois qui ne brûle pas dure plus longtemps, trop longtemps, jusqu’à ce que l’on trouve le moyen de s’en débarrasser. Le bois qui brûle correctement, qui chauffe, et anime une soirée à lui seul, vous réconforte comme aucun autre. Ce bois est précieux, et heureusement, le massif forestier français en regorge, à condition de savoir le façonner.

Image associée
Rivière de bois à Clamecy, 19ème siècle

Notre bois de chauffage est récolté dans le Morvan, en Bourgogne, de la façon la plus traditionnelle qui soit, par des entrepreneurs forestiers de dimension modeste, souvent en entreprises familiales. Le Morvan alimente Paris en bois de chauffage depuis plusieurs siècles, jadis en suivant le cours des rivières (dont la Cure) puis celui de la Seine, par la technique du flottage. Ces prélèvements, infimes au regard de sa croissance naturelle, contribuent à une saine gestion du massif forestier français. La forêt française est excédentaire chaque année, en raison notamment de la diminution de l’élevage et de la conversion naturelle de prairies en taillis, puis en forêt. La gestion forestière est un domaine d’expertise national peu connu des français, mais largement exporté.

Cigale ou fourmi ?

  • Un bûcher ne doit jamais rester vide. Le stock de bois doit « tourner » et il doit toujours rester un peu de bois en fin d’hiver. Autrement, vous avez vu trop juste à la commande précédente. On n’est jamais à l’abri d’un coup de froid au printemps, ou d’une envie de flambée un soir d’été. Et de toute manière, l’excédent n’est jamais perdu, c’est autant de moins à commander l’année suivante.

    Du chêne bien sec
  • Le bois est une fibre, comme un tissu épais. Feriez-vous sécher un tapis humide, roulé sous une bâche au fond du jardin ? Si un bois sec se mouille sous la pluie, il sèche comme un vêtement mouillé, mais ne redevient pas un bois vert. Par contre, sous une bâche, il condense, se dégrade, se couvre de champignons, et brûlera difficilement. Le meilleur stockage est sous une tôle ondulée bien attachée, au vent et au soleil si possible. Ne bâchez pas votre bois !

  • Le meilleur moment pour rentrer votre bois, c’est aussitôt que vous le pouvez. Idéalement en fin d’hiver, pour l’automne suivant. Le pire moment, c’est dans l’urgence.

Certaines bûches méritent mieux…

Sécurité

Le ramonage: Les incendies de conduit de cheminée sont plus fréquents qu’on ne l’imagine. Le plus souvent, les pompiers interviennent assez rapidement pour empêcher la propagation à l’ensemble de la maison, mais le risque est grand. Le ramonage est indispensable, mais pas suffisant, car personne n’est en mesure d’observer en détail l’état du conduit. Notre meilleur conseil consistera à encourager nos clients et tout utilisateur à observer et connaître parfaitement leur installation technique.

 

  • Votre conduit comporte-t-il un ou plusieurs coudes ? C’est dangereux, voire interdit.

  • Le conduit est-il tubé ? C’est préférable, et souvent obligatoire, car les boisseaux anciens sont souvent fendus et laissent passer des gaz toxiques dans les pièces d’habitation. Ils éclatent lors d’un feu de conduit.

  • Le diamètre du conduit est il en adéquation avec votre installation ?

  • Aucun appareil à bois (poêle, insert) ne doit être raccordé directement à un conduit non tubé, ou partiellement tubé.

    Soirée arrosée…
  • Disposer d’un extincteur à proximité n’est pas un luxe. (à vider dans le conduit depuis le foyer)

  • Si vous constatez une fumée noire ou des flammèches sortant du conduit d’un voisin, courez le prévenir et alertez les pompiers. Le statu quo n’existe pas, un incendie de cheminée ne peut que se propager. Rien n’y résiste.

  • Allez, restons optimistes, allons faire un tour à la boutique !